Chut!!!.....çà pourrait donner des idées...

Publié le par pdf95

Référendums américains: des résultats ignorés (ou censurés ?) par les médias français

159 référendums ont eu lieu aux Etats-Unis lors des élections de novembre 2010. Il y a là un fabuleux réservoir d’informations sur l’état de l’opinion américaine. Mais à l’exception notable de Radio Courtoisie, les principaux médias français n’en ont pas parlé. Par ignorance ? Inculture ? Défaut de curiosité et d’intelligence ? Parti pris idéologique ? Difficile de répondre, mais ce qui est sûr, c’est que le message des électeurs américains est clairement conservateur et vraiment peu politiquement correct : contre la libéralisation de la drogue, contre la discrimination positive, contre la charia, contre la repentance historique, pour la modération fiscale, les libertés économiques et le droit de chasse. Polémia présente ici l’analyse de son contributeur Yvan Blot, président d’Agir pour la démocratie directe.
Polémia

Le meilleur observatoire de la démocratie directe aux Etats-Unis est sans doute le « Initiative and Referendum Institute » (IRI) présidé par John Matsusaka, professeur à l’université de South California (Los Angeles).

Il a recensé les 159 référendums, qui eurent lieu dans 36 Etats le même jour que les élections à mi parcours au Congrès américain, élections du 2 novembre 2010 où Barack Obama a perdu la majorité à la chambre des représentants.

Si les medias français ont commenté ces élections, pas un mot n’a été dit sur ces 159 votations, laissant une fois de plus les Français dans l’ignorance des expériences considérables de démocratie directe qui se passent à l’étranger. 64% de ces initiatives ont réussi.

Rappelons ce qu’est une initiative populaire : 2 à 5% des électeurs environ (selon les Etats) peuvent faire une pétition demandant qu’un projet de loi nouveau soit soumis au référendum populaire. Les citoyens qui rédigent ces textes sont souvent aidés par des juristes ou des cabinets d’avocats. La rédaction des textes de lois n’est donc plus le monopole des fonctionnaires des ministères comme en France mais il y a saine concurrence entre juristes publics (ministères) et privés (cabinets privés). Cela permet à de nouvelles idées d’être débattues en public et cela permet surtout au peuple de faire valoir ses souhaits par delà les oligarchies qui contrôlent les institutions politiques.

Les parties de thé débordent de la tasse

En 2008, il y avait eu 153 textes soumis à l’électeur, donc le chiffre a très légèrement augmenté en 2010. Sur ce total, les parlements des Etats ont déclenché 113 référendums et les citoyens 42. La démocratie directe américaine comme la Suisse organise l’interaction harmonieuse entre les actions du peuple et celles des parlementaires.

Pour résumer, le bulletin de l’IRI « Ballotwatch » écrit : « les tea parties débordent de la tasse ! » Cela veut dire que les résultats ont été particulièrement favorables à la « droite » (conservatives en anglais) en raison d’une forte mobilisation des électeurs de cette tendance.

Voici une sélection des principaux résultats :

1/ Rejet des initiatives pour libéraliser l’usage de la marijuana. En Californie, la proposition de légalisation numéro 19 n’a eu que 46% des voix. Elle prévoyait de donner le pouvoir de légaliser aux communes et empêchait les employeurs d’interdire celle-ci à moins de prouver qu’elle nuisait aux performances au travail ! Déjà, en 1972, le peuple californien avait rejeté une initiative analogue. Par ailleurs, des initiatives légalisant l’usage médical de la marijuana furent rejetées en Arizona, en Oregon et au Dakota du Sud le même jour.

2/ Rejet de la sécurité sociale d’Etat obligatoire. Les électeurs d’Arizona (proposition 106) et d’Oklahoma (question 756) ont placé dans les constitutions de leurs Etats une déclaration disant qu’on ne peut obliger ni un citoyen ni une société à adhérer à une assurance maladie d’Etat car tout individu a droit de choisir une assurance médicale privée. L’adhésion obligatoire viole ce droit. Ces deux Etats rejoignent le Missouri et leur vote est une façon de s’opposer au président Obama. Seuls les citoyens du Colorado (amendement 63) ont rejeté cette initiative.

3/ Les privilèges des directions de syndicats abattus. Les propositions 103 en Arizona, 2 en Caroline du Sud, et l’amendement A dans l’Utah ont exigé le vote secret aux élections syndicales, contre l’avis des « bosses » de ces organisations. Le but est de bloquer les votes non secrets par signature d’une carte, procédure souhaitée par le président Obama lors de sa campagne de 2008. La Louisiane a voté un amendement constitutionnel exigeant une majorité exceptionnelle au parlement pour accroître les retraites du secteur public contre l’avis des dirigeants syndicaux.

4/ La discrimination fiscale contre les riches a échoué. L’initiative de Bill Gates senior et junior qui devait créer un impôt spécial pour les individus gagnant plus de 200 000 dollars a échoué dans l’état de Washington par 66% de non ! Les opposants dont deux cofondateurs de Microsoft, Steve Ballmer et Paul Allen ont avancé deux arguments : cette taxe spéciale conduirait les gens talentueux à quitter l’Etat de Washington et il y a le risque que la barre de revenus pour être taxées soit baissée plus tard au grand dam des classes moyennes. Les électeurs ont tenu aussi à montrer qu’ils ne voulaient pas « dessaler » (soak) sur les riches par jalousie.

5/ L’Arizona abandonne la discrimination positive. A 59% les électeurs ont approuvé la proposition 107 interdisant de discriminer dans un sens ou dans un autre les individus selon la race ou l’ethnie. Le but est de s’opposer à la politique de discrimination positive en faveur notamment des Noirs, politique qui viole le principe du mérite individuel. Ainsi, l’Arizona rejoint la Californie, le Michigan, le Nebraska, et le Washington qui ont aussi interdit la discrimination positive.

6/ L’Oklahoma interdit la charia islamique. Suite à un jugement du New Jersey acquittant un homme brutalisant sa femme sous le motif que sa religion musulmane l’autorisait à le faire (jugement cassé en appel), le député Rex Duncan a déposé une initiative populaire pour interdire l’application par les juges de la charia dans son Etat, l’Oklahoma. Par 70% des voix, les électeurs ont voté cette proposition 755 qui impose de juger uniquement en fonction du droit fédéral et de l’Etat sans tenir compte de traités internationaux ou de la charia.

7/ Affirmation des droits des chasseurs et protection animale. En Arkansas, Caroline du sud et en Tennessee, les électeurs ont voté des amendements constitutionnels garantissant aux résidents le droit de pêcher de chasser. Une initiative analogue a échoué en Arizona. Une initiative antichasse au North Dakota a échoué. Enfin, la proposition B au Missouri impose des cages plus grandes aux éleveurs de chiens.

8/ Le lobby des vendeurs d’alcool est battu. Ce lobby avait obtenu dans l’Etat de Washington de privatiser les magasins d’alcool d’Etat. La compensation pour l’Etat consistait à créer une nouvelle taxe sur les alcools. Les deux initiatives allant dans ce sens ont été rejetées.

9/ Le nom de l’Etat du Rhode Island ne changera pas. A 75%, les électeurs ont refusé de changer le nom officiel de l’Etat « Rhode Island and the Providence Plantation » en « Rhode Island ». Les rédacteurs de l’initiative voulaient interdire le nom d’origine sous prétexte qu’il faisait allusion aux plantations qui employaient des esclaves. Cette proposition réécrivant l’histoire dans le sens de la repentance a été rejetée par une très grande majorité du peuple de l’Etat.

10/ Echec du lobby pétrolier texan. La proposition 23 financée par deux compagnies pétrolières texane avait pour but de suspendre les règles d’émission de gaz de chauffage des serres. Elle a été rejetée sur les conseils du gouverneur de l’Etat par 61% des voix.

11/ Réforme de la procédure budgétaire en Californie. La Californie est un des très rares Etats exigeant deux tiers des voix pour approuver le budget. Devant les problèmes posés, les électeurs ont supprimé cette règle par la proposition 25 mais les hausses de taxes restent soumises à la règle des deux tiers.

Yvan Blot

Commenter cet article