Dormez tranquilles,la France est sécurisée..........

Publié le par pdf95

Un trentenaire, cadre chez Barilla, a été racketté puis passé à tabac à Paris

 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure du matin, un jeune haut cadre du groupe alimentaire Barilla a subi un déferlement de violence inouïe. Alors que l’homme marchait avenue de Taillebourg à Paris (XIe), près de la place de la Nation, deux jeunes, âgés de 15 et 16 ans, l’ont agressé pour lui voler son portefeuille. Leur butin ? Vingt euros. Les deux mineurs ne s’en sont pas contentés. Un peu plus loin, place des Antilles, ils se sont déchaînés gratuitement en assenant plusieurs coups de marteau à leur victime. Ils seront finalement interpellés par une patrouille de police et immédiatement placés en garde à vue. La victime, transportée à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, dont le pronostic vital était engagé dans un premier temps, était toujours vendredi dans un état jugé « sérieux », selon Dominique Borron, porte-parole du tribunal de grande instance de Paris. L’homme souffre d’un traumatisme crânien, et une joue serait perforée. Barilla France a refusé de s’exprimer, renvoyant vers le service de presse en Italie. « Nous avons appris la nouvelle par voie de presse. Nous ne souhaitons pas communiquer sur cette affaire, extérieure au cadre professionnel. Il s’agit en effet d’un jeune cadre qui travaille dans le secteur de la vente », a juste commenté Marco Maglio, le responsable de ce service. L’enquête à été confiée au 2e district de police judiciaire.

 

francesoir.fr  4 juin 2011

Fillette agressée au cutter à Meaux: les agresseurs entendus mercredi

MEAUX — Les présumés agresseurs de la fillette âgée de 7 ans de l'école élémentaire de la Grosse-Pierre à Meaux (Seine-et-Marne), agressée au cutter lundi dans son établissement, doivent être entendus la semaine prochaine, a-t-on appris samedi de source policière.

"On va entendre les enfants, on n'a pas pu le faire car il y avait une sortie scolaire hier, ce sera fait mercredi prochain", a précisé cette source, ajoutant qu'"elle (leur) a donné une description des garçons" qui seront auditionnés.

La jeune élève, scolarisée en CE1, aurait été agressée lundi après-midi par des élèves de CM2 dans la cour de l'école où ils auraient tenté de lui enlever ses vêtements et auraient découpé ses chaussures avec le cutter.

Dans un communiqué à l'AFP, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, avait demandé vendredi "au recteur de diligenter une enquête sur les faits" et avait exigé que "toute la lumière soit faite" sur cette agression.

"Selon des instructions ministérielles du 18 septembre 1997, les modalités de l'organisation de la surveillance et de la sécurité des élèves dans les écoles maternelles et élémentaires publiques doivent impérativement permettre une sécurité constante des enfants", rappelle le ministre.

Les enquêteurs pensent que les déclarations de la victime présumée "sont crédibles, mais c'est sans certitude", a jugé une source policière estimant qu'"il faut rester prudent" car pour l'instant ils ne disposent que de la version du père de la victime.

"Tout ce qu'on sait c'est qu'elle n'a pas été agressée sexuellement" et que les auteurs présumés des faits sont "des gamins de l'école mais pas de sa classe", avait précisé cette source.

 

AFP 4/06/2011

 

AFP - 04/06/2011 à 23:51

Affrontements dans le Val d'Oise après l'interpellation de trois Kurdes

Des heurts ont éclaté samedi entre manifestants et forces de l'ordre à Evry et Arnouville (Val-d'Oise), après la perquisition d'un centre culturel kurde et l'interpellation de trois membres de la communauté, dans le cadre d'une enquête préliminaire du parquet de Paris.


    
Photographe : Loic Venance :: Des voitures de CRS photo : Loic Venance, AFP

Deux personnes ont été interpellées à Evry et une à Arnouville dans le cadre d'une enquête préliminaire, ouverte par la parquet de Paris, et confiée à la sous-direction anti-terroriste (SDAT), a annoncé une source judiciaire, sans préciser leur identité.

Vers 11H35, la perquisition menée à la Maison culturelle kurde à Arnouville, lors de laquelle un homme de cette communauté a été interpellé, a provoqué des échauffourées. Près de quarante de personnes assistaient à une réunion dans ce centre, situé près de la gare RER d'Arnouville-Gonesse-Villiers-le-Bel.

Réuni devant le lieu, le groupe a grossi, pour atteindre cent à deux cents personnes. Des voitures de police ont été caillassées et du mobilier urbain brûlé, selon une source judiciaire.

La préfecture de Police de Paris a dit que la préfecture du Val-d'Oise a sollicité des renforts au début des heurts. Ont été envoyés douze véhicules de la BAC 93, neuf véhicules de la CSI, un véhicule des CRS, un véhicule lanceur d'eau et un hélicoptère.

Un policier a été légèrement blessé, et dix personnes interpellées. Le calme est revenu peu après 16H00.

A Evry, l'interpellation de deux personnes d'origine kurde a été menée vers 14H30, dans le quartier des Pyramides, provoquant le rassemblement d'une cinquantaine de personnes. Les policiers ont été la cible de projectiles.

Le cortège s'est ensuite déplacé devant le restaurant Mac Donald's situé près du centre commercial Evry II. Des projectiles ont de nouveau été envoyés sur les forces de l'ordre, qui ont fait usage de flash-balls et de grenades lacrymogènes.

Le cortège, qui a atteint une centaine de personnes, s'est ensuite dispersé dans le calme. Trois personnes légèrement blessées ont décliné l'aide des pompiers.

 

AFP - 05/06/2011 à 23:43

Une fillette blessée lors d'affrontements entre jeunes et police à Corbeil-Essonnes

Une fillette de neuf ans a été grièvement blessée à la tête dimanche soir lors d'affrontements entre la police et une trentaine de jeunes du quartier des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes (Essonne), a-t-on appris de sources policières.


Photographe : Christophe Simon :: Le quartier des Tartetêts, à Corbeil-Essonne, en novembre 2005 photo : Christophe Simon, AFP

La fillette se trouvait au pied de son immeuble lorsque les échauffourées ont éclaté, vers 19h50, a-t-on expliqué de source policière, confirmant une information du Parisien. Les pompiers intervenaient sur l'incendie de deux véhicules.

Les policiers, présents pour sécuriser l'intervention des soldats du feu, ont été aussitôt pris à partie par une trentaine d'assaillants qui ont lancé des pierres et des bouteilles dans leur direction, a précisé cette même source.

"C'était un guet-apens", a précisé une autre source policière.

Les forces de l'ordre ont répliqué par plusieurs tirs de flashball et de grenades lacrymogènes. Dans la confusion, un habitant du quartier a amené aux policiers la fillette qui était déjà blessée. Elle présentait une plaie au niveau de la tempe droite.

L'enfant a été confiée aux pompiers avant d'être transportée à l'hôpital Necker, à Paris, inconsciente, mais dans un état stable, de même source.

ETC,........

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article