Justice????

Publié le par pdf95

Comités de détenus ou affront envers les victimes

FO, 21 février
(extrait d’un tract de la Maison centrale de Saint-Maur)

Hallucinant voila que l’on veut mettre en place un comité de détenus qui siégerait lors de réunions établissant les changements souhaités en détention.
En permettant cela nous remettons en question toute notre autorité au sein des détentions et favorisons la continuité du grand n’importe quoi actuel en matière de gestion pénitentiaires.

Les détenus siégeant dans ces commissions exigeraient encore plus de droits qu’actuellement alors même que le peuple honnête et travailleur n’a pas les moyens actuels de se faire entendre (…) .

Un représentant des victimes sera-t-il présent lors de ces commissions ?
NON bien sûr cela fait déjà bien longtemps qu’on les a oubliées.

 

Récidive sexuelle à Arras par un homme signalé comme dangereux

20 minutes,17 février

Un pédophile de 48 ans, déjà condamné treize fois dont quatre pour agressions sexuelles, a été mis en examen le 5 février dernier suite à une double récidive présumée à Arras (…).

Le problème, c’est qu’aucune surveillance judiciaire ne pouvait lui être imposée, car il avait effectué sa peine en totalité.

Condamné à douze ans de prison en 1998 pour agression sexuelle sur mineur, l’homme n’a bénéficié d’aucune remise de peine. Fin 2007, un bracelet électronique lui a été apposé pendant quinze jours, mais il a été renvoyé en prison car selon le Parquet « il ne respectait pas les restrictions de déplacement »(…).
« C’est un cas très particulier, un pervers avec aucun suivi possible, indique le Parquet général de Douai. A part le suivi de son adresse, et cela a été fait. »

 

« Les magistrats ont une part de responsabilité indéniable dans le drame de Pornic »

IFRAP, 18 février

Depuis quelques jours, les magistras français sont en « grève ». La Fondation IFRAP a interviewé Xavier Bébin, juriste criminologue et Délégué général de l’Institut pour la Justice.

Fondation IFRAP : Que pensez-vous de la « grève » des magistrats actuelle qui ne dit pas son nom ?

Cette grève est stupéfiante, et pas seulement parce qu’elle est illégale.

Les magistrats ont une part de responsabilité indéniable dans le drame de Pornic ! L’auteur présumé, Tony Meilhon, était en liberté malgré 15 condamnations, dont 2 pour des crimes d’une rare violence.


Si les peines prononcées par la Justice avaient été adaptées à sa dangerosité, jamais il n’aurait été libre à 31 ans et Lætitia serait encore en vie.

On aurait donc pu attendre de magistrats responsables qu’ils s’interrogent collectivement sur leurs pratiques professionnelles plutôt que de toujours mettre en cause le manque de moyens (…)

 

Fondation iFRAP : La perpétuité (22 ans…) est-elle une période trop courte ? Faudrait-il changer la loi sur ce sujet ?

Le problème est qu’il existe des individus dangereux, incurables et qui ont commis des actes barbares. Ceux-là, il est évident qu’ils ne doivent jamais sortir de prison. Le problème actuel réside à la fois dans la loi (la période de sûreté minimale devrait être de 30 ans minimum, et non 22 ans), et dans la pratique des juges d’application des peines qui ne devraient jamais relâcher les vrais prédateurs, même après 30 ans.

Fondation iFRAP : Comment se fait-il, selon vous, que 82.000 peines de prison ne soient pas exécutées ?

On retrouve les problèmes d’archaïsme des méthodes de travail et de lenteur des procédures, avec notamment des délais de plusieurs mois pour la simple saisie des jugements. Mais la réalité est que, même si tout fonctionnait à la perfection, on serait incapable d’exécuter ces peines parce que la France manque cruellement de places de prison. Alors que la moyenne européenne est de 122 détenus pour 100.000 habitants, la France n’en a que 95. Pas moins de 20 pays européens sur 27 ont plus de places de prison qu’elle (…)

 

 

 

Commenter cet article