Les Nuls font leur gouvernement....

Publié le par pdf95

Sarkozy reconduit Fillon à Matignon, Borloo jette l'éponge

Nicolas Sarkozy a renommé dimanche comme Premier ministre François Fillon, plébiscité par la droite, conduisant Jean-Louis Borloo, longtemps favori pour le poste, à choisir de décliner toute participation à la nouvelle équipe en formation.


 
Photographe : :: Le gouvernement Fillon avant sa démission le 13 novembre 2010  

Dans une déclaration écrite à l'AFP, l'ex numéro deux du gouvernement a annoncé avoir "choisi de ne pas appartenir" à la prochaine équipe, précisant qu'il préférait "retrouver (sa) liberté de proposition et de parole" au service de (ses) valeurs, qui ne sont pas de circonstances, au premier rang desquelles" la "cohésion sociale".

 

Après l'annonce surprise samedi peu après 19H30 d'une démission du gouvernement en place - une première un week-end sous la Ve République -, l'annonce de la reconduction de François Fillon à Matignon est tombée dimanche vers 09H50.

Moins de vingt minutes plus tard, le Premier ministre a assuré dans un communiqué s'engager "avec détermination dans une nouvelle étape", évoquant sa "profonde estime personnelle" pour le chef de l'Etat.

Pour ses consultations, François Fillon a reçu notamment Luc Chatel (ex-Education) et Xavier Bertrand, actuel patron de l'UMP. Peu avant 15H30, il s'est rendu pour la deuxième fois de la journée à l'Elysée.

Hormis le cas Borloo, auquel la composition du gouvernement était suspendue jusqu'à sa déclaration de 16H30, un autre souci relatif au devenir de Jean-François Copé paraissait s'éloigner pour le chef de l'Etat.

Alors que François Fillon souhaitait placer à l'Intérieur le patron des députés UMP, l'entourage de M. Copé a fait savoir qu'il avait bien reçu l'accord de Nicolas Sarkozy pour s'emparer de la direction du parti présidentiel, un poste qu'il briguait ouvertement depuis septembre.

Par voie de conséquence, Xavier Bertrand devrait comme prévu entrer au gouvernement, et Brice Hortefeux demeurer place Beauvau, tout en secondant M. Copé au parti.

Une certitude, la nouvelle équipe sera resserrée avec 26 membres (ministres et secrétaires d'Etat) contre 37 lfxwdo8ff46r6a9ny6v5actuellement, selon une source gouvernementale.

Autre assurance, le départ d'Hervé Morin, président du Nouveau centre, qui sera remplacé par Alain Juppé à la Défense.

Michèle Alliot-Marie (ex-Justice) pourrait être nommée au Quai d'Orsay, un autre des ministères régaliens auxquels elle est abonnée depuis 2002.

Depuis plusieurs mois, le départ des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, une des prises du chef de l'Etat à la gauche, est annoncé.

Des femmes du gouvernement sortant seront promues. Il en ira ainsi de Valérie Pécresse, qui a mené la réforme des universités, de Nadine Morano, une fidèle du président, et de Nathalie Kosciusko-Morizet. Mme Pécresse pourrait aller à la Justice, tandis que Mmes Morano et Kosciusko-Morizet, toutes deux secrétaires d'Etat, deviendraient ministres.

En revanche, Fadela Amara (Ville) est donnée partante. Une interrogation persistait sur Rama Yade, la benjamine turbulente du gouvernement sortant.

La reconduction de François Fillon a suscité des commentaires acerbes dans l'opposition, où le sentiment général pouvait se résumer à "tout ça pour ça".

Le porte-parole du PS Benoît Hamon a fustigé auprès de l'AFP "la reconduction d'un Premier ministre en échec (...) par un président de la République lui même en échec"

 

Une seule chose dénote un changement au sein de cette équipe de nuls,Alain Juppé,qui c'est déjà nommé ministre samedi,rentre au gouvernement après une grève,alors  qu'il a plutot l'habitude de s'en faire virer après ce type d'action!!

Si la méthode Sarko ne change pas,les temps eux le font...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article