N'attendons plus....

Publié le par pdf95

Lutte contre la récidive : des solutions existent !

IPJL’Institut pour la Justice, dans son communiqué du 13 décembre 2010 revient sur la lutte contre la récidive.

La mort tragique d’Anne-Lorraine Schmitt, suivie de celle de Marie-Christine Hodeau, de Natacha Mougel et de tant d’autres, nous montre l’urgence d’adopter des réformes réalistes pour lutter contre le fléau de la récidive sexuelle et criminelle.

Les nombreuses études publiées par l’Institut pour la Justice (IPJ) depuis sa création prouvent que des solutions existent. Institut de réflexion et d’action, l’IPJ demande une évolution du système judiciaire sur deux points fondamentaux :

·         Remettre en question le « dogme » de la libération conditionnelle

La libération conditionnelle est aujourd’hui la règle, y compris pour les criminels sexuels, alors qu’elle devrait être l’exception, justifiée par de puissantes garanties de réinsertion.

L’Institut pour la Justice demande que les peines prononcées par les jurés populaires soient respectées. Pour éviter toute « sortie sèche », des mesures de suivi et de surveillance (bracelet électronique GPS…) doivent être imposés aux criminels particulièrement dangereux à l’issue de leur peine.

·         Réformer en profondeur les expertises psychiatriques en France

L’évaluation du risque de récidive en France repose le plus souvent sur des critères flous et peu prédictifs (comportement en détention, expression de regrets) plutôt que sur des critères objectifs et fiables.

L’Institut pour la Justice et ses experts psychiatres associés, demande la généralisation de l’utilisation des « échelles actuarielles », outils objectifs d’évaluation recommandés par l’Académie de Médecine  et utilisés par tous nos voisins européens.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article