Nous devons les arrêter,personne d'autre ne le fera!!

Publié le par pdf95

 

Le drapeau d'une ville du Val-de-Marne incendié, remplacé par un drapeau algérien

toulouse-capitole.jpgUn drapeau aux couleurs de la mairie de Villeneuve-Saint-Georges a été brûlé et remplacé par un drapeau algérien, acte au mobile encore inexpliqué, au moment où le gouvernement veut renforcer les sanctions pour outrage au drapeau national.

   

Dans un premier temps, la mairie et la police avaient annoncé que le drapeau brûlé devant l'Hôtel de Ville dans la nuit de dimanche à lundi était un drapeau français.

Lundi après-midi, l'enquête a révélé qu'il s'agissait d'un drapeau de la ville aux couleurs bleu, blanc, rouge disposées en bande horizontales, frappé au milieu par l'écusson de la ville représentant Saint-Georges terrassant un dragon, et non le drapeau français, sur lequel les bandes sont verticales.

"Le drapeau a été froissé et brûlé", ne permettant pas de voir comment étaient disposées les couleurs, a corrigé par la suite la mairie, qui avait déposé plainte dans la matinée.

Le drapeau de la commune flottait entre ceux des villes anglaise et allemande avec lesquelles est jumelée Villeneuve-Saint-Georges. Il a été enlevé, brûlé puis remplacé par un drapeau algérien dans la nuit de dimanche à lundi.

La mairie avait immédiatement déposé plainte lundi matin.

A la mairie annexe, dix drapeaux tricolores ont été enlevés de leur support et laissés au sol, et cinq autres ont été dérobés, selon une source judiciaire.

Dimanche, l'équipe de football d'Algérie avait été battue par la Slovénie (1-0), lors d'un match de la Coupe du Monde.

La maire (PCF), Sylvie Altman, s'était émue, dans un communiqué, que "les employés municipaux (aient) découvert un drapeau français brûlé sur le perron de l'Hôtel-de-Ville".

Cécile Duflot, maire-adjointe de Villeneuve-Saint-Georges et secrétaire nationale des Verts, avait fait état d'un incident "souciant", mais "dans un contexte de Coupe du Monde", "avec les emportements que cela peut susciter", appelant à ne pas faire "d'interprétations hâtives".

Depuis 2003, le délit d'outrage au drapeau ou à l'hymne national lors d'une manifestation organisée, est puni de 7.500 euros d'amende, assortis de 6 mois d'emprisonnement lorsqu'il est commis en bande organisée.

Le 21 avril, la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, avait demandé des poursuites pénales après la diffusion, dans un journal gratuit, d'une photographie, primée par le jury d'un concours photographique organisé par la Fnac de Nice, montrant un homme s'essuyant le postérieur avec le drapeau français.

Début juin, la ministre a saisi le Conseil d'Etat, qui devrait se prononcer dans les semaines à venir. Un décret y est en examen, visant à créer une contravention, punissant de 1.500 euros d'amende la dégradation ou l'utilisation indécente du drapeau tricolore, dans un lieu publique ou ouvert au public, ou la diffusion de ces faits.

 

Le 18 novembre 2009, après la qualification de l'Algérie pour le Mondial-2010, un homme s'était hissé au balcon de la mairie de Toulouse et avait remplacé le drapeau tricolore par celui de l'Algérie.

 

Commenter cet article