Travaillez plus pour qu'ils s'en mettent plus.....dans les poches ou : "il faut sauver le soldat Euro"...

Publié le par pdf95

humourFrançois Fillon: l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans avancé d'un an à 2017

François Fillon a annoncé que l'application du passage de l'âge légal de départ en retraite à 62 ans allait être avancée d'un an, à 2017, dans le cadre du plan de rigueur qu'il a détaillé lundi.

 

"Nous proposons d'avancer d'un an le passage de l'âge légal à 62 ans, en fixant la cible à 2017 au lieu de 2018", a expliqué dans une conférence de presse le Premier ministre, précisant que cette mesure allait "se traduire par quelques mois d'activité supplémentaire pour les générations nées entre 1952 et 1956".

François Fillon a annoncé que la France devrait "économiser un peu plus de 100 milliards d'euros pour arriver à zéro déficit d'ici 2016", lors de la présentation de son nouveau plan de rigueur. "Pour arriver à zéro déficit d'ici 2016, ce qui est notre objectif, il faudra économiser un peu plus de 100 milliards d'euros", a expliqué François Fillon.

"Il est impensable de le faire en augmentant exclusivement les impôts comme le suggère l'opposition. Cela reviendrait à tripler l'impôt sur le revenu ou à doubler la TVA. Il n'y a donc pas d'autre solution pour réduire l'endettement que de réduire les dépenses et d'ajuster la fiscalité de façon ciblée", a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse.

Il a annoncé une majoration temporaire de 5% de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises. "Nous avons décidé de mettre à contribution les grandes entreprises et nous allons instaurer une majoration de 5% du montant de l'impôt sur les sociétés, une majoration temporaire, pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 250 millions d'euros", a annoncé M. Fillon.

Le Premier ministre a également déclaré que le mot de "faillite" n'était "plus un mot abstrait" et que "notre souveraineté financière, économique et sociale" exigeait "des efforts collectifs et prolongés et même quelques sacrifices". "Le temps est venu d'ajuster les efforts de la France. Avec le président de la République, nous n'avons qu'un seul objectif, celui de protéger les Français contre les graves difficultés que rencontrent aujourd'hui plusieurs pays européens", a déclaré le Premier ministre en ouverture de sa conférence de presse sur la présentation du plan d'austérité.

"Je crois que désormais nos concitoyens sont conscients des risques que font peser les déficits et l'endettement sur notre vie et notre avenir. Le mot de faillite n'est plus un mot abstrait. Notre souveraineté financière, économique et sociale exige des efforts collectifs et prolongés, et même quelques sacrifices", a-t-il dit. "Notre pays ne doit pas être condamné un jour à mener une politique imposée par d'autres. Je veux dire aux Français que l'effort budgétaire et financier d'aujourd'hui est un choix que nous faisons pour la Nation et pour les générations à venir", a insisté le chef du gouvernement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article