MANE - THECEL - PHARES

LA FRANCE ET LE RENOUVEAU DE L’ISLAM par
René SERVOISE, ancien ambassadeur de France en
Indonésie
24 mars 2009
NationFinie.jpg
Une mutation de notre nation est en cours, elle va se développant, profonde, mais
incontrôlée. Vraisemblablement, insoupçonnée de l’immense majorité des Français.
Des centaines de milliers de familles musulmanes, originaires du Maghreb, du Proche Orient
et de l’Afrique noire - dont la religion, les aspirations et les moeurs sont radicalement
différents des nôtres - vivent désormais sur notre sol. Le taux de fécondité est supérieur à
celui des familles européennes. Conséquence ? D’ici un tiers de siècle, la population de
culture islamiste pourrait être majoritaire chez les moins de quarante ans. “En France, nous
aurons entre 6 et 8 millions d’Arabes dans les années 2005 - 2010″, annonce Edgar Pisani,
Président honoraire de l’Institut du monde arabe. Nous voici prévenus : il s’agit bien d’une
transformation radicale (politique, économique, culturelle et sociale) de notre société.
Cette mutation est en cours au moment même, où, pour reprendre l’expression de Toynbee
“un prolétariat extérieur” se constitue sur les rives méridionales et orientales de la Mer
Méditerranée. Cette armée de réserve s’explique par le taux de fécondité de ces peuples par
l’absence d’un développement économique susceptible de leur assurer une vie décente dans
leur patrie. Or, en face, il y a la France, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, terres de mirage,
hautement développées, assurant des emplois, la gratuité de la protection sociale et de
l’éducation. Qui pourrait résister à l’appel de cette “terre promise” ?
LA RE-NAISSANCE DE L’ISLAM
Au même moment, dans le monde entier, soulevé par d’immenses espoirs, l’Islam connaît un
renouveau sans précédent. Il se réveille après une longue nuit, et a retrouvé vigueur, pugnacité
et ambitions. Du Maroc à l’Indonésie, des Etats musulmans de l’Asie Centrale à l’Afrique
noire, plus d’un milliard deux cents millions d’hommes -jeunes par rapport aux peuples
vieillissant d’Europe- constituent une “communauté” (Uma).
Elle est transnationale, animée d’aspirations spirituelles, revendications matérielles et
ambitions politiques et, ici et là, financée par les revenus du pétrole.
En France, jamais les vagues successives d’Italiens, Polonais, Juifs d’Europe centrale,
Espagnols et Portugais n’avaient posé des problèmes d’intégration comparables. Pourquoi ?
Leur appartenance au rameau européen, leurs traditions religieuses et leurs ambitions à plus
de libertés individuelles, facilitaient leur assimilation. Enfin - et ceci n’est pas la moindre
raison - ces immigrants exprimaient une volonté de partager le destin du peuple - français. De
s’y fondre. Or, l’intégration ne se décrète pas. Pour se réaliser, deux volontés sont
évidemment nécessaires, elles doivent converger. Aujourd’hui, la situation est différente.
Radicalement différente. Une minorité active et déterminée parmi les Islamistes refuse
l’intégration. Délibérément.
En communion intime avec l’Islam (sa matrice), elle est réceptive aux mots d’ordre de
l’étranger, conseils spirituels, idéologie, appuis financiers. Et bien davantage. Non seulement
elle entend maintenir son identité, mais ré-islamiser les non pratiquants, sinon convertir à la
vraie religion les indigènes du pays d’accueil. L’Islam ne s’est jamais conçu comme
minoritaire dans un Etat laïc, mais comme religion nécessairement majoritaire, comme le
rappelle aujourd’hui Soheib Bencheikh, mufti de Marseille. Comme l’annonçait, dès 1970, le
Président Alija Izetbegovic, dans sa “Déclaration Islamiste”, avant de transformer la Bosnie
en “Iran des Balkans”. Exalté par son renouveau, propulsé et par sa démographie et par son
absence de développement économique, s’insinuant partout où il ne rencontre pas de
résistance, l’Islam avance comme une vague.
Au nombre de mosquées se multipliant sur leur territoire (parfois avec l’assistance des
hiérarchies catholique et laïques), mosquées animées par des imams à 96% de nationalités
étrangères, les Français peuvent en mesurer la vitalité. Egalement à la perspective de voir -
dans la seconde moitié du XXIème siècle - le catholicisme rétrograder en France au second
rang, pour abandonner à l’Islam la première place.
Ainsi, deux dynamiques vont se développant : l’une à l’intérieur de nos frontières
(accroissement du nombre de Musulmans) ; l’autre à l’extérieur (renaissance de l’Islam).
Concomitantes et convergentes, ces évolutions sont déterminantes pour l’Europe, et pour la
nation française dont la stagnation démographique est alarmante.
MANE - THECEL - PHARES
Mosqueisation.jpg
Chaque nation s’exprime par une subtile, délicate et secrète balance entre rêves, ambitions et
forces parfois contraires, transcendés par une aspiration commune à vivre ensemble et à
réaliser ensemble de grandes choses. Cette identité nationale, est pour les uns, son âme; pour
les autres, son génie. Chaque nation est une plante aux racines nourries par un terroir et une
Histoire, la fierté de son passé. “Immédiate au coeur de Dieu”, elle est unique et par là
justifiée.
Combien de siècles, de guerres, de concessions, de sacrifices et d’oublis furent nécessaires
pour permettre - finalement - à la France, l’Angleterre, l’Espagne et l’Allemagne de
surmonter leurs divisions internes afin de devenir ce qu’elles sont !
S’il convient - comme le recommande Montesquieu - de toucher d’une main tremblante aux
institutions, que dire du respect à manifester à l’égard de l’harmonie en profondeur de notre
nation ?
De sa composition interne - gage de sa permanence et de ses performances. Aux leçons tirées
de notre passé, le présent vient chaque jour multiplier les avertissements pour l’avenir.
Comment se laisser aveugler au point de ne pas voir (les mêmes causes produisant les mêmes
effets) la prolifération et l’exaspération des conflits ethniques et religieux tout autour de nous
?
En Asie : Sri Lanka ; en ex-Palestine (Juifs et Musulmans) en Turquie (Arméniens, Kurdes) ;
au Cachemire ; en Chine, (Sinkiang Tibet) ; en Indonésie (Timor, Moluques, Bornéo, Irian
Java).
En Afrique : Nigeria et Soudan (Musulmans et chrétiens) ;Rwanda.
En Europe : à nos portes, Chypre et ex-Yougoslavie (Bosnie, Kosovo, Macédoine).
Et nous, Français, après avoir dominé tant de frondes, insurrections et révolutions, liquidé nos
querelles entre Catholiques, Protestants, Israélites et Libres penseurs ; entre nobles, bourgeois
et prolétaires, nous laisserions se créer les conditions propres à des déchirements ?
Attention. Faute pour les Français autochtones d’être les plus nombreux nous voyons nos
jours comptés. Faute de limiter le nombre d’immigrés : nous serons jugés trop légers dans la
balance de l’Histoire. Faute d’affirmer une ambition nationale : nous préparons l’éclatement
de notre nation.
Souvenez-vous. Un jour, à Babylone sur le mur de son palais, Balthazar vit s’inscrire, an
lettres de feu, trois avertissements : MANE - THECEL - PHARES. Le prophète Daniel les
traduisit :
“Dieu a compté tes jours“.
“Tu as été jugé trop léger dans la balance de l’Histoire“.
“Ton royaume est voué à l’éclatement“.
Pour nous, aujourd’hui, les avertissements viennent s’inscrire quotidiennement sur les écrans
de nos télévisions. Mais, aucun prophète n’ose les traduire.
Quelle France, lectrice, lecteur, entendez-vous léguer à vos enfants ?
René SERVOISE, ancien ambassadeur de France en Indonésie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :